Suite à l’annonce du président de la République, Emmanuel Macron, de rouvrir les écoles le 11 mai prochain, plusieurs élus locaux ont fait part de leur opposition. En région Occitanie, les avis divergent, certains se préparent à cette réouverture, d’autres la contestent.

es maires, contre… d’autre pour… certains sceptiques, la décision annoncée par Emmanuel Macron, lors de son discours le 13 avril dernier, de rouvrir les écoles le 11 mai prochain secoue la classe politique.

Une perspective “déraisonnable“, qualifie Philippe Saurel, maire de Montpellier. “Ce n’est pas sérieux“, argue Christian Bilhac, maire de Péret (Hérault). “Un objectif très ambitieux“, évoque Sébastien Vincini, maire de Cintegabelle (Haute-Garonne).

C’est criminel d’ouvrir les écoles aussi tôt

Plusieurs élus de la région Occitanie ont déjà fait part de leur volonté de ne pas rouvrir les écoles le 11 mai prochain. “Le risque est pour nous trop important. Comment faire avec les parents qui amènent les enfants à l’école ? Comment faire avec les enseignants ? Comment gérer la cuisine centrale ?“, s’interroge l’élu DVG Philippe Saurel.

Au lendemain du discours du président, Christian Bilhac nous expliquait avoir du mal à comprendre cette décision : “Je vis ici, je ne veux pas qu’on me traite de criminel et je pense que c’est criminel d’ouvrir les écoles aussi tôt. Je doute que la situation sanitaire soit vraiment différente dans un mois. Si elle s’est vraiment améliorée, j’ouvrirai l’école sinon il n’en est pas question”. 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/gard/coronavirus-reouverture-ecoles-prevue-11-mai-prochain-divise-classe-politique-occitanie-1817966.html