TEMOIGNAGE de Kaldia : Un autre témoignage surprenant de Kaldia qui a les symptômes depuis mi-février, avec des hauts et des bas.  Un premier médecin impuissant puis un second et beaucoup de questions sans réponse sur ce virus.

Au début, rien de plus classique qu’une grippe saisonnière que je soigne seule. Mi-février mois, j’ai été clouée au lit pendant 6 jours avec les symptômes classiques d’une vraie bonne grippe (fièvre, courbatures, toux). Normalement au bout de quelques jours cela passe.

Des symptômes qui persistent : Une semaine après, la toux est toujours présente jusqu’à m’empêcher de dormir. Les sirops “toux sèche et grasse” s’accumulent sur ma table de chevet, mais sont inefficaces. Je me décide donc à aller voir mon médecin, sceptique sur cette toux et ma perte de voix, il me prescrit un corticoïde. En sortant, je décide que je ne les prendrais pas, j’ai dû être bien inspirée ce jour-là !

Dure reprise du travail avec des symptômes persistants. Je reprends le travail pendant 2 semaines.  Je vais mieux malgré la toux toujours présente, les maux de tête qui m’obligent à m’arrêter dans une pharmacie avant de retrouver un soir des amis au restaurant. Les frissons me parcourent le corps, je prends ma température et stupéfaction elle est à 36° certains diront c’est normal et j’avoue ça m’énerve. Je me connais, je ne suis pas hypocondriaque et je sens que quelque chose ne tourne pas rond.

Seconde visite chez le docteur en 8 jours :  Comme il fait beau, j’y vais à pied. Erreur ! Les escaliers, les 2 kilomètres me semblent insurmontables, une fatigue incroyable vient de s’abattre sur moi et j’ai tout d’un coup 80 ans. Le médecin me reçoit masqué. Il me prescrit 2 traitements ventoline, encore des sirops et antibiotiques à prendre dans le cas où le 1er traitement ne fonctionnerait pas. Je repars perplexe et pas rassurée du tout. Le confinement est annoncé, mais je suis déjà confinée depuis 3 jours et malade depuis plusieurs semaines.

Je ne vais pas mieux donc je change de médecin. Ce dernier va confirmer cliniquement les symptômes du COVID, me prescrit un test, un arrêt de 3 semaines et me demande d’aller à l’hôpital. J’appelle mon labo de ville.  Là, surprise, le laboratoire reçoit 10 tests par jours, mais pour les patients de plus de 70 ans en insuffisance respiratoire, cardiaque, rénale, sous chimio. Je suis malade, cependant pas avec toutes ces pathologies, un soulagement.

S’ensuivent 4 semaines de vie avec toux, état fébrile et une température qui oscille entre 36°c et 38°c. L’effort du moment réside dans le fait de rassurer mes proches et amis inquiets, mais qui sont très vite gênés d’avoir appelé car je suis incapable d’aligner 4 mots sans manquer de souffle.

Ça fait presque 21 jours que je ne suis pas sortie sauf pour récupérer des courses à la supérette en bas de l’immeuble.

Tout rentre désormais dans l’ordre, je retrouve mon énergie et je fais du sport à la maison pour reprendre le dessus sur ce corps qui m’a lâché pendant autant de semaines.

Des amis, des collègues, ma voisine, ont finalement attrapé le virus, mais beaucoup de questions restent sans réponse. Est-ce que l’on aurait dû m’isoler après ma 1ere consultation ? Est-ce que j’ai contaminé mes collégues, mes proches ? Est-ce que j’en ai contaminé d’autres ? 

http://www.francesoir.fr/amp/article/lifestyle-bien-etre/covid-19-9-semaines-et-demie-malade-sans-energie?__twitter_impression=true