Le Ministre de Santé d’Israël approuve la vaccination Pfizer chez les plus de 75 ans, comme tous la plupart des gouvernements, les moins de 16 ans et les femmes enceintes, en dépit de l’avis de l’OMS et des réserves de Pfizer même (source n°1).

Vaccination de personnes pour lesquelles le risques ne sont pas connus

Alors que la campagne massive de vaccination a commencé par les plus âgés un peu partout dans le monde, voilà qu’Israël, sous les feux de la rampe, approuve maintenant la vaccination chez les moins de 16 ans et chez les femmes enceintes.

Pfizer a en effet déclaré dans son document remis à l’autorité sanitaire américaine (FDA) que pour les populations ci-après, les risques de son vaccin étaient INCONNUS (source n°2, article 8.4 page 49) :

  • les jeunes de moins de 16 ans (children less than 16 years of age )
  • les femmes enceintes et qui allaitent (pregnant and lactating individuals)
  • personnes immunodéprimées (immunocompromised individuals)

Après avoir vacciné celle pour laquelle on n’avait pas assez de résultats probants

Quant aux personnes de plus de 75 ans, rappelons que l’échantillon n’était pas assez important (données insuffisantes), d’où la réserve de la Haute Autorité de Santé en France (source n°3) :

« la HAS recommande que des études complémentaires soient menées dans cette sous-population (>75 ans), pour confirmer les résultats rassurants de sécurité et d’efficacité du vaccin chez les plus âgés »

De son côté le Vidal s’étonne que les campagnes vaccinales de plusieurs gouvernements démarrent par nos anciens :

« La question de la protection des plus de 75 ans demeure donc, ce qui est un point délicat alors que plusieurs gouvernements ont décidé de donner la priorité aux Ehpad pour la mise à disposition de ce vaccin »

En somme, une vaccination de masse pour un vaccin aux trop nombreuses réserves

Que penser de tous ces gouvernements qui se ruent sur un vaccin avec autant de zones d’ombre ?

Voici les questions laissées en suspens à ce jour par Pfizer, la communauté scientifique et l’ensemble des autorités sanitaires des pays qui ont approuvé la vaccination (source Vidal n°4) :

  • La persistance de la protection obtenue dans le temps ;
  • L’efficacité parmi les populations vulnérables aux formes graves (en particulier les insuffisants rénaux et les personnes immunodéprimées) ;
  • L’efficacité chez les femmes enceintes (non présentes dans les essais cliniques)
  • L’efficacité chez les personnes ayant des antécédents de COVID-19;
  • L’efficacité chez les enfants et les moins de 16 ans;
  • L’efficacité chez les plus de 75 ans;
  • L’efficacité contre les formes asymptomatiques de la COVID-19 ;
  • L’efficacité contre les formes graves et l’effet sur la mortalité;
  • L’efficacité contre les effets à long terme des infections acquises malgré le vaccin ;
  • L’efficacité sur la transmission du virus en cas de contamination d’une personne malgré le vaccin ;
  • Le futur de cette efficacité si la pandémie venait à évoluer (mutations de SARS-CoV-2 par exemple)

 

Intérêt de ce vaccin ? A quoi jouent nos gouvernements ?

#NiBetailNiCobail

#LesPierresCrieront

SOURCES

  1. Article The Times of Israël  
  2. Pfizer Vaccines and Related Biological Products Advisory Committee December 10, 2020 Meeting Briefing Document- FDA & FDA
  3. HAS : stratégie d’utilisation du vaccin
  4. Article VIDAL vaccin Pfizer